Jean Roy - JAC KALLOS, POEMES, TEXTES ET PHOTOS

Aller au contenu

Menu principal

Jean Roy

Chroniques

CHRONIQUES POETIQUES

Je reprends ici quelques textes d'une chronique poétique tenue à la demande du poète martiniquais Mikaël Sain-Honoré sur le site
http://www.artetdecouvertes.com
qu'il a créé avec sa femme, Diane Saint-Honoré, artiste peintre.
Né en 1975, Mikaël Saint-Honoré est membre de la Société des Poètes Français. Il a fondé en 2000
l'Association pour la promotion de la littérature antillaise
et en 2014 la Maison de la Poésie de la Drôme.

*************************************************************************************************

POÉSIE VIVANTE : Jean ROY


A peine choisi, ce titre semble résonner comme un pléonasme ! Quoi de plus vivant, en effet, que la poésie ? Maison commune, qui semble ouverte à toutes et tous, où l’on n’est tenu que d’apporter son cœur et si possible un peu d’originalité, un peu de fantaisie, juste ce qu’il faut de rigueur. Un lieu pour s’ouvrir aux autres, dans l’expression comme dans l’écoute.

Quand Mikaël Saint-Honoré m’a proposé d’ouvrir cette rubrique, j’ai certes un peu hésité devant l’immensité du sujet, et puis je me suis dit qu’il en valait la peine. Il est de bon ton de nos jours, pourtant, d’affirmer que la poésie n’intéresse plus personne. Erreur ! la poésie est toujours vivante : il n’est que de voir le nombre considérable de revues, de clubs, de recueils (publiés à compte d’auteur souvent, d’éditeur parfois), de concours, de prix littéraires qui lui sont consacrés. Certes la poésie peut ne paraître qu’intéresser surtout les poètes (avec parfois l’impression que nul n’est poète à son pays…) mais tant de gens font ou écoutent de la poésie sans le savoir, comme M. Jourdain faisait de la prose : chanson que l’on fredonne, rap, slam, « récitations » apprises à l’école et encore en mémoire. Soyons donc optimistes.

C’est à Cruas que nous irons aujourd’hui. Ce bourg ardéchois à la fois marqué d’histoire et d’industrie vient de se voir attribuer par le Printemps des poètes le titre de « Village en poésie » qu’il doit à l’action de l’association « Poètes et écrivains de Cruas » aux destinées de laquelle ont successivement œuvré Jacques Favreau et Jean Roy et qui accueille un vingtaine poètes ardéchois et drômois. Association créée en l’an 2000, ouverte sur la vie, qui intervient dans les fêtes locales, les écoles, la maison de retraite, sur Radio M, organise à l’occasion des concours.

Son actuel président, Jean Roy, a un long passé associatif, puisqu’il a créé et animé « La Bouteille à la Mer », consacrée à la microédition et « Traverses », à vocation culturelle. Tour à tour amoureux et engagé, il aime à prendre pour référence son homonyme Claude Roy, ce défunt poète toujours si actuel que tel chanteur à succès n’hésite pas à lui emprunter abusivement quelques vers au passage… Pour l’engagement, quand Mido, Mirzeta et leur petite fille Mina sont expulsés vers leur Bosnie natale, la poésie de Jean prend la forme de la colère :

                                            Ils ont sauté du haut des fenêtres
                                            Des fenêtres de nos maisons
                                            Par peur de nos gendarmes et de nos policiers
                                            Ces gendarmes et ces policiers qui sont les petits enfants
                                            De ceux qui se chargèrent des rafles du Vel d’Hiv…

                                            Ils ont sauté du haut des fenêtres et
                                            Le bruit de leur chute est encore en mon cœur
                                            Et dans le creux de mes oreilles.

                                           Poètes, levons-nous
                                           Il est un temps pour tout comme le dit la Bible
                                           Voici venu le temps du cri de la colère et du poing fermé…

Pour l’amour, auquel il sait se donner avec tendresse autant que passion, il n’y revendique pas moins le droit d’accorder à chacun des deux amants de se conserver entier, sinon intact, dans l’élan du partage :

                                  A voir froissés les draps si sagement pliés en l'armoire de ton cœur
                                  Attends-toi à découvrir bien des secrets de ton corps
                                  Dont celui si lourd et manifeste comme un grain de beauté peut-être à ton sein gauche
                                  Et le goût d'humus où tu ne plongeras jamais tes lèvres
                                  Méfie-toi du grelot des rires qui pourrait sonner incongru
                                  Dans le religieux silence des messes basses de tes heures laborieuses et quotidiennes
                                  Fou le poète fantasque inattendue la poésie
                                  Aussi grave joyeusement que la vie et la mort sa jumelle sœur
                                  Ne viens pas te plaindre si tu m'ouvres la porte
                                  Est-ce que je sais moi quels compagnons festoient
                                  Dans l'auberge toujours ouverte de mon âme
                                  Et qui pénétreront chez toi avec leurs vins et leurs chansons…
                                  (Qu’attends-tu de moi ?)

Jean Roy est l’auteur de plusieurs plaquettes de poésie, dont l’une sur les enfants palestiniens écrite à l’occasion d’une mission civile, ainsi qu’un livre de « Contes et légendes pour les femmes et les hommes d’aujourd’hui », sans oublier une livre d’histoires ardéchoises écrit en commun avec une amie. Malheureusement, tous ces ouvrages sont aujourd’hui épuisés.

                                                                                                                                           Jac Kallos (décembre 2012)


Page d'accueil                                                Page précédente                                       Page suivante

Retourner au contenu | Retourner au menu